Service AMO Plan J
Service d'aide aux jeunes et aux familles
" Jobs à l'Appel " 2018AccueilNewsMissions et cadre légalL'équipeNos permanencesNos projetsAlbum photosFacebookNous Contacter
Respect!
Jobs à l'appel
"Améliorer le Climat à l'école"
Girls day/Boys day
"Améliorer le Climat à l'école"
 

   
 Initiée durant l’année scolaire 2011-2012, le projet qui s’intitule alors « Etre élève ? Place et identité de l’élève en première secondaire » répond à une demande de la Direction de l’Institut Provincial d’Enseignement Secondaire (IPES) de Tubize concernant des animations assurées par l’AMO PlanJ auprès de certaines classes de première secondaire.  Ce projet sera construit avec l’aide de l’organisme de formation CEMEA.

Objectifs du projet:

-          Entretien du partenariat entre le service et l’IPES par le biais d’animations réalisées auprès des élèves et d’un retour aux             professeurs ainsi qu’à la direction concernant le contenu des animations.
-          Permettre aux élèves de mettre des mots sur la façon dont ils se voient en 1ère secondaire (classe, école, individu).
-          Permettre une expression des élèves concernant le passage entre primaire et secondaire.
-          Permettre aux élèves d’élaborer des pistes de réflexions pour agir différemment, développer un comportement différent.


Différentes dans leur contenu, dû à la nature des élèves présents dans ces classes respectives ainsi qu’à la dynamique présente dans ces classes, ces animations permirent, pour les élèves, l’expression de difficultés rencontrées au sein de leur classe ou l’établissement en tant que tel.

Ces difficultés ont pu être relayées à la Direction, à l’équipe éducative ainsi qu’aux professeurs qui y ont été attentifs.

De plus, les élèves ayant participés à ces animations eurent l’occasion de s’exprimer sur leur scolarité, le passage du primaire vers le secondaire et élaborer des pistes de réflexions concernant un changement personnel ou groupal vis-à-vis de leur situation scolaire.
 




L’année académique 2012-2013 voit naître un partenariat sous forme de binômes -au sein de ce projet- avec le Centre PMS Provincial, seules quelques classes ciblées sont concernées par le projet.  Ce partenariat prendra fin en juin 2013 car le temps de travail des deux intervenantes du CPMS ne permet pas de réintégrer ce projet.
 

La rentrée scolaire 2013-2014 voit le projet être rejoint par une collaboration nouvelle avec le Service de Médiation scolaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles, par l’entremise d’une médiatrice. Il s’opère également un changement d’appellation du projet -suite à une réflexion conjointe sur le contenu des animations-  la dénomination « Passage.  Place et identité de l’élève en première secondaire » est alors proposée tout en gardant le contenu des animations et leur régularité (2 x 50 minutes à raison de trois séances durant le premier trimestre).  

De plus cette action communautaire concerne, pour la première fois de son histoire, l’intégralité des classes de première année secondaire de l’IPES (à l’époque 8 classes de première générale, 1 classe de première différenciée et 3 classes de première complémentaire) ce qui répond à l’idée de na pas stigmatiser telle ou telle classe et d’être dans inscrit dans un projet de prévention.

En août 2014, nous apprenons que les Services de Médiation scolaire ont vu leurs missions recentrées sur les actions de médiation en position de tiers et donc les médiateurs ne peuvent plus accompagner les projets de prévention, ni assumer des animations thématiques dans les classes. C’est donc contraint et forcé que notre partenariat avec notre médiatrice scolaire a pris fin.
 

2014-2015 sera décidément l’année scolaire où les plus grands changements vont s’opérer.  En effet, il faut revenir à l’année scolaire précédente pour comprendre les réflexions apportées autour de notre projet. 

Dans le courant de cette année-là, l’IPES adhère -comme école secondaire pilote- à un nouveau projet proposé par le CLPS de Wavre et l’Université de Mons en sa faculté de Psychologie et des Sciences de l’Education.  Ce projet s’axe sur les méthodes de gestion du harcèlement et vise à réduire les violences visibles et invisibles au sein d’un établissement scolaire (régulation des espaces où se passent les interactions entre les élèves, médiations entre pairs avec mise en place d’espaces de paroles collectifs, bien-être, confiance, coopération, …). 

Des séances d’informations et de discussions seront mises en place au sein de l’école et verra le cercle des professeurs et éducateurs désirant s’y investir se restreindre un petit peu plus chaque mois.  En effet, ces derniers dans la mise en place des objectifs à poursuivre en lien avec les réalités de l’établissement scolaire (régulation des espaces, mises en place de cercles de paroles, parrainage entre les élèves, etc.) ne se sentent pas épaulés par les professionnels (information théorique mais pas de suivi sur le terrain, pas épaulés or ils ne s’estiment pas professionnels dans la mise en place et la construction du contenu par exemple des cercles de parole).  Plusieurs bonnes volontés s’exposent mais revendiquent ce manque de soutien, en ce compris la direction de l’école.

En concertation avec la direction nous vient alors l’idée de permettre à notre projet de tenter de répondre à ce manque pratique en proposant une nouvelle version de « Passage » qui s’appellera dès lors « Améliorer le climat dans l’école ».  Cette nouvelle mouture va intégrer les professeurs dans nos animations qui auront un caractère d’abord d’utilisation d’outils (inspirés du projet « Passage ») afin de mieux se connaitre, de mieux appréhender l’autre pour arriver en cours d’année à des cercles de parole traitant des choses qui portent à réflexion au sein de chaque groupe classe (toutes les classes de première année sont concernées).  4 travailleurs de l’AMO se partagent les classes en binôme avec un professeur référent (qui ne donne pas cours à la classe qu’il va intégrer volontairement).  De plus, et cela répond à une attente de l’école, ce projet qui se déroule à raison d’une fois 50 minutes par mois et par classe permet une présence durant toute l’année scolaire et non plus uniquement sur le premier trimestre. 

Enfin et cela va donner beaucoup de crédit à ce projet, il est décidé par la direction d’intégrer le projet dans le programme scolaire du premier degré.  Cette décision interne permet de légitimer l’apport du contenu de ce projet citoyen et de ne plus être en « rivalité » avec un cours qui se verrait remplacer par une animation et donc de ne plus attiser les foudres des professeurs mécontents de leur avoir pris une ou deux heures de cours et des élèves qui regrettent de n’avoir pu assister à leur cours.



Personne responsable du projet: Elise De Mattia - elise.demattia@planj.be  - 02/355.26.67

******